L’école dans le bus

Nous avons désormais pris notre rythme pour l’école dans le bus. Les deux grands ont démarré le CNED depuis jeudi. Ceylian a pris en main le programme sans problème. Difficile pour Malo d’être autonome. Devant le programme total de l’année scolaire, il se sent dépassé et se décourage. De plus, le bruit inévitable de la vie d’une famille dans le bus le perturbe beaucoup et l’empêche de se concentrer. J’ai donc fait un petit tableau récapitulatif de l’ensemble de ses matières, du nombre de chapitres à étudier, du nombre de devoirs à rendre, et un système de progression en pourcentage lui permettant de visualiser comment il avance. S’en servira-t-il ? L’avenir nous le dira. Nous lui avons proposé plusieurs solutions pour s’isoler pour travailler. Toutes refusées pour l’instant, mais on ne se décourage pas.

Pour les petits, nous avons désormais notre rituel. Révision des pays et de leur capitale d’abord, puis c’est variable en fonction de leur attention et de leurs envies. Cela peut être une vidéo sur un fait historique, un jeu sur l’orthographe, un jeu sur la conjugaison, une activité manuelle de pédagogie positive. Je me sers également des cours de Mme Chapelle, enseignante de CM2 à l’école des enfants, qui a mis en ligne tout le programme de l’année et que je trouve assez vivant et interactif. Ainsi, Olympe suit les cours d’Histoire, et je me sers des fiches pédagogiques de français pour mes 3 élèves, ce qui permet de réviser pour Opale, et d’en apprendre un peu plus pour Maya.

Enfin, ils ont chacun un cahier global dans lequel ils font quelques exercices en rapport avec la leçon du jour. Nous travaillons en moyenne 2H par jour. Mais les visites sont autant d’occasions d’apprendre, et nous ne manquons pas de parler Histoire, sciences, même politique au gré des musées et des expositions.

Et moi, je révise en même temps bien des notions, que j’avais déjà oubliées…

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.